Retro spot #2 – Les folies télévisuelles de Gaspard Proust

Juliette 26/06/2017

Gaspard Proust sur un plateau de télévision ou de radio, c’est toujours une expérience particulière. Comme l’humoriste suisso-slovène attire de nombreux curieux, qui veulent savoir s’il est comme ça dans la vie par exemple, les médias nous offrent un caviar de moments gênants et de dissections humaines non fructueuses.

Des moments qu’on déteste adorer regarder, sans doute.

L’intégrale : Gaspard Proust sur NRJ Paris [2010]

Quand on trouve une archive complète d’une chaîne comme NRJ Paris, on se dit : bingo, ça ressemblerait presque à de l’art contemporain. L’émission, qui dure près d’une heure, se passe tranquillement avec quelques malaises gênants autour de la vie amoureuse de Gaspard Proust. Chacun s’imagine comment l’humoriste est en privé, et cela me rappelle la nouvelle d’Eric-Emmanuel Schmitt, « La femme au bouquet », extraite de La rêveuse d’Ostende. Extraits de cette conversation autour d’une femme mystérieuse, qui attend désespérément quelqu’un… « Mais qui ? » se demandaient-ils.

En vérité, chacun se racontait en donnant sa réponse. Claudia souffrait de ne plus voir son fils qui professait à Berlin, Nelly sa fille mariée à un Néo-Zélandais ; Doris se languissait de son mari, cadre commercial en constants déplacements ; Rita changeait d’amant aussi souvent que de culotte ; quant à Mathias, ce jeune homme pacifiste qui en tant qu’objecteur de conscience, préférait accomplir un service civil en travaillant plutôt qu’effectuer son service militaire, il gardait la nostalgie du cocon familial. […]

Le silence s’installa entre nous. Nous avions compris le piège. A travers cette inconnue, nous avions livré nos souhaits intimes, avouant ce que, au plus profond de nous, nous attendions ou pourrions attendre. Comme j’aurais désiré pouvoir pénétrer derrière ces fronts, pour les connaître mieux. Et cependant, comment j’appréciais qu’on ne fende pas le mien ! […]

Et à la fin, patatras : les chroniqueurs le notent faussement sévèrement, comme une posture éditoriale pour marquer leur territoire.


Paris c’est fou du 17 février – invité… par nrjparis

Les promotions de films : Gaspard Proust, Beigbeder vs. les chroniqueurs [2012-2016]

A plusieurs années d’intervalle, on retrouve encore les mêmes thématiques abordées, entre ricanements et analyses marquées. Face à ce jeu médiatique, Gaspard Proust continue de troller d’un côté, de participer à la partie de l’autre. Bref, du bon divertissement plus ou moins mou de deuxième partie de soirée comme la télévision française sait nous servir.

Pour ce dernier passage en 2016, observez bien la situation à partir de 21:50. Face aux petits extraits d’interview sortis de leur contexte et autres ricanements, Gaspard Proust tempère avec une exaspération dont on se demande si elle est jouée : C’est du divertissement, pétez un coup, Ruquier !

Bonus track : Gaspard Proust en crypté [2011]

Pour finir, voici une dernière archive sur le court-métrage Fuck UK dans lequel Gaspard Proust tient le rôle principal. Le retour plateau est un petit bijou de discussions futiles, et c’est dommage parce que le reportage est bien.

A propos de l'auteur

Commentaires