Laura Gilli est une légende : découvrez-la en podcast !

Juliette 21/06/2018

Laura Gilli, photographe de nombreux événements humour, était l’invitée du podcast d’Antonin Archer, Nouvelle École. Il fallait saisir l’instant, profiter de ce moment intimiste pour découvrir l’une des cadors discrètes du milieu.

Laura Gilli : découvrez l’interview intimiste

Les photographes me fascinent au point que je ne sais pas vraiment communiquer avec eux. Ils me surpassent complètement sur l’esthétisme. Mettre des mots sur l’instant est un tout autre exercice. On a eu le temps de pondérer nos propos. On a pu revenir en arrière avant de s’exprimer. Alors que Laura Gilli fait ça à l’instant T.

Le mieux, c’est qu’elle le fait bien. Combien de fois je me suis arrêtée sur ses clichés. Il s’en dégage quelque chose. Cela ne faisait aucun doute. Avec le podcast, je comprends enfin. Cette voix, un peu étouffée derrière une pudeur et une humilité indéniables, nous en apprend des choses.

Trouver sa voie

Laura Gilli s’est réinventée et a trouvé sa voie. En un sens, son destin est profondément lié à celui des artistes. Comme elle, ils poursuivent cette quête de devenir quelqu’un en adéquation avec leurs passions et envies. Elle dit, à juste titre, que nous sommes chanceux de pouvoir nous réinventer, plaquer des boulots un peu décevants pour poursuivre ce qui nous meut vraiment. Ce qui est plus inédit, c’est de le voir comme un devoir à accomplir pour ceux qui n’en ont pas la chance. Tellement pragmatique, mais si inédit pour moi.

De Kyan Khojandi à Charles Nouveau, elle sait tirer le meilleur des humains qu’elle photographie. Chapeau l’artiste ! Le cliché que je trouve dingue, c’est celui de Thomas Wiesel ci-dessous :

L’intégrité avant tout

Pour finir, un mot sur l’intégrité de la personne. Gaspard Proust ne se sentait pas à l’aise avec un cliché, elle s’en est séparée sur-le-champ. Faire attention à ne pas froisser quelqu’un par ses actes n’est pas inné chez tout le monde. En son for intérieur, elle savait que le cliché était bon, j’en suis sûre.

Quand je faisais les interviews, j’ai tenu à vérifier avec les humoristes que tout leur convenait. Ils ont changé des choses, cela a pris du temps. On pourrait penser que cela manque d’authenticité. Je ne suis pas d’accord : si le propos est en phase avec ce qu’ils ressentent, alors la version en est améliorée. Le respect de l’autre est peut-être l’une des choses les plus complexes à conserver. On a une vraie responsabilité là-dessus, n’en déplaise aux amateurs de publications pauvres pullulant sur les réseaux sociaux.

Crédits photo

© Laura Gilli – Capture d’écran du volet scène de son site web / photo de profil Instagram

A propos de l'auteur