Panayotis en rodage : courez voir le phénomène !

Juliette 28/08/2018

Jusqu’en octobre prochain, vous pouvez découvrir Panayotis en rodage au Point Virgule. Le public répond présent, ce qui ne semble pas perturber l’humoriste, qui sait se mettre en risque. Le résultat : une expérience extrêmement agréable pour un lancement de spectacle !

Panayotis en rodage : une ode à la reconnaissance

Un soir, Pierre Thevenoux m’a dit : « Tu devrais parler à Panayotis, ton daron est comme le sien ! » Mon père ne montre pas ses émotions, s’occupe en travaux divers et ne s’accorde aucun loisir. Peut-être une virée à Brico Dépôt. Mais il kiffe. Sur les émotions, il ne montre également aucune marque d’affection à ma mère. Ma réaction pour attirer son attention ? Aimer les voitures, masquer mes émotions (sans grand succès) et enfin… faire du journalisme.

Panayotis a commencé très tôt. Alors que ses camarades allaient à tous leurs cours obligatoires, il interviewait des personnalités. Il faisait tout lui-même, se construisait en donnant le maximum. En quelque sorte, il vivait ce truc sans le calculer, en donnant tout, peu importe les conséquences. Sky is the limit : il enchaînait les rencontres, émerveillé d’en apprendre plus sur des mentors, des gens dont le parcours fait rêver.

Sérieux du fond et folie légère : cocktail exquis

Panayotis n’a pas vu son père le congratuler selon ses attentes, un peu comme moi. Il décrit cela avec beaucoup de maturité et de recul. Alors, les sujets se multiplient : réussite amoureuse manquée, besoin de reconnaissance d’amis plus âgés, plafond de verre de l’amitié.

À ce moment, vous vous dites peut-être que le spectacle est pompeux, porteur de trop de messages. Or, c’est tout le contraire. Oui, le fond est très bien développé. Panayotis a en réalité beaucoup de choses pertinentes à dire. Il en est au début du rodage et transforme ses approximations en fous rires dans le public. Dans les fous rires, on décèle aussi Merwane B, sa première partie. Je dois vous confesser qu’il a vraiment progressé, et l’improvisation est son meilleur atout.

En somme, Panayotis est vrai, à tout instant. Quand il se lance dans des coups de folie, c’est un moment de communion assez extraordinaire. On est donc loin du cliché du gars qui a fait de la télé très jeune et a pris le melon. Sa simplicité est rafraîchissante et j’ai vraiment envie de le revoir à différentes étapes du rodage. Quelque chose me dit qu’il n’a pas fini de nous surprendre…

A propos de l'auteur