Spotted – J’ai vu le 30-30 de Salomé et Christo, et c’était fou

Juliette 11/11/2017

J’aime les 30-30. Profiter de 2 humoristes pour le prix d’un, découvrir 2 nouvelles pépites potentielles. Les voir tour à tour exulter et bider, parfois. Salomé et Christo seront au Sonart pour leur troisième séance de rodage le 14 novembre, et on y était le soir d’Halloween.

Salomé Partouche et Christo Ntaka au Sonart comme si vous y étiez

Le 22 octobre à 18h30, Salomé et Christo ont joué leur 30-30 pour la première fois dans la cave du Sonart, un bar de Pigalle qui a accueilli pas mal de découvertes humour. Je me suis rendue à la représentation suivante, le soir d’Halloween.

C’était une représentation un peu spéciale. D’apparence, cela commençait normalement. Chaque humoriste avait rameuté quelques connaissances… et il se trouve que quelques personnes venues pour Christo étaient arrivées un peu tôt au bar. Ils ne s’étaient pas vraiment rués sur la console de jeux et les divertissements offerts par Super Mario, mais un peu plus sur la binouze.

Bataille contre les imprévus

De fait, ils étaient bien éméchés quand le spectacle a commencé. La lumière a décidé de ne pas venir, l’entrée a été compliquée. Mais Christo a tenu. Il n’a pas bronché quand l’un de ses potes a tué sa vanne en la criant avant qu’il ne la sorte. Il s’est battu pour revenir dans le personnage et en même temps calmer les ardeurs du groupe de cancres du fond. Il a enchaîné entre des recadrages, puis des recentrages de texte. C’était dur, mais il a fait rire, les gens sobres de la pièce l’ont écouté avec attention.

Une fois sa prestation terminée, il a invité Salomé à venir sur scène. Un petit temps de latence plus tard, la comédienne survoltée a dégainé son texte. A un moment, elle s’est demandée si l’on avait compris la blague comme elle l’imaginait. Avait-on saisi qu’elle ne parlait pas de ce personnage, mais d’un autre ? Pour elle, cela lui semblait important, mais à mon sens, les 2 interprétations se valaient. Tant que j’ai ri, le contrat et rempli. Et c’était le cas.

C’est tellement ça : le perfectionnisme fragile des débutants, qui veulent bien faire, se lancent dans l’inconnue et qui se réalisent devant nous pour les premières fois de leur vie, peut-être. C’est vraiment pour cela qu’il faut voir les 30-30 et les premiers spectacles des uns et des autres. Parce que c’est beau et que ça donne envie de se réaliser soi-même, d’envoyer balader des trucs, parfois.

Quand j’ai rencontré Christo…

La première fois que j’ai vu Christo, c’est dans une vidéo. Celle d’un ancien plateau, le Stand-up on the road. Il était calé entre Robert Hoehn et Jean-Philippe de Tinguy. Un humour assez simple, sur les relations et sa rencontre avec une cagole. Et son décalage générationnel qui l’empêche de passer un bon moment en boîte de nuit.

Quelques mois plus tard, j’ai recroisé Christo au One More, ou alors à la Rigolade. Je ne remets pas la chronologie. Mais à chaque fois, on a ri. Avec Christo, tu ne sais pas pourquoi tu te marres, tu as juste envie de lui parler et de lui sortir un nombre incalculable de conneries. Ça se fait naturellement, c’est vraiment la garantie de toujours passer un moment drôle.

Quand j’ai rencontré Salomé…

Même mode opératoire pour Salomé. Cette fois-ci, devant ma télé, probablement le dimanche au lendemain de la diffusion de son passage au Jamel Comedy Club. Son stand-up sur l’imposture de sa féminité, qu’elle prépare dans le RER A avant d’être impeccable à son point d’arrivée, et sur son expérience du stalking, il marque. Pas au fer rouge, ça va, ça n’a rien de vulgaire à vrai dire. C’est cru, quand même, mais agréable à entendre. Elle est folle, mais folle dans le bon sens. Folle comme nous toutes. Ou bien comme moi, c’est déjà ça, j’ai compris où elle voulait en venir.

Quand je parle à Salomé, j’ai envie de lui raconter à quel point je n’y comprends rien non plus. J’ai aussi envie de lui dire qu’elle a mon admiration entière de raconter ces choses-là sur scène. Ça change, c’est un point de vue différent, qui fait respirer un grand bol d’air.

Salomé et Christo : allez les voir au Sonart !

Avec tous ces arguments, j’espère vous avoir donné envie d’aller voir Salomé et Christo au Sonart le 14 novembre. Vous verrez 2 humoristes qui ont l’envie de fournir un spectacle vraiment sympa. Vous passerez une bonne soirée à rire devant des gens pleins de bon humeur, de névroses parfois, de détermination toujours. Ça vaut le déplacement. C’est gratuit, avec consommation obligatoire et participation au chapeau selon votre appréciation !

A propos de l'auteur

Commentaires