Off the mic: les conseils des stars du stand-up in English

Juliette 01/08/2017

Si vous avez toujours rêvé de savoir ce que c’est, d’être humoriste stand-up, le livre Off the mic est fait pour vous. Ce recueil d’interviews explore les stand-up comedians anglo-saxons et vous questionne en permanence : est-ce fait pour vous ? Et si tel est le cas, le mode d’emploi est fourni.

Off the mic, un livre sérieux sur le stand-up

On l’a compris : off the mic signifie hors antenne, dès que le micro est coupé et que le rideau tombe. Le principe : les auteurs Deborah Frances-White et Marsha Shandur interviewent les pointures du stand-up à l’anglo-saxonne pour les faire parler. La première sait de quoi elle parle quand il s’agit de se livrer : elle évoque son passé de témoin de Jéhovah… Ambiance.

Le livre est construit en 4 parties : se préparer à faire rire, être sur scène, devenir meilleur… et décortiquer le style de vie des animaux du rire. On y apprend que passer de scène en scène peut s’apparenter à changer de zoo toutes les semaines. En fait, quand on a ce livre entre les mains, on a l’impression de porter 80 humoristes à main nue. Finalement, c’est assez léger…

Plus sérieusement, ce livre s’adresse un peu à tout le monde : ceux qui rêvent de faire ça, ceux qui veulent comprendre ce qu’il se passe dans la tête des gens sur scène (aka des frappadingues comme moi), peut-être encore quelques sociologues en quête d’une thèse inédite…

Un livre qui dédramatise le bide

Don’t forget to have fun. Don’t take yourself too seriously and for god’s sake, look at a tree.

Ça, c’est une citation que j’ai envoyée à un humoriste, un jour. C’est un peu vague comme explication car le contexte est un peu flou dans ma tête. Je me souviens juste que c’était après le plateau Dimanche Marrant. Et il n’avait pas bidé : c’est juste un perfectionniste. J’ai aussi parlé à un autre stand-upper après son spectacle de la notion de momentum. Il s’interrogeait sur les disparités entre sa performance de la semaine précédente et celle du jour-même.

Pour ceux qui ne connaissent pas le concept, c’est ce moment génial où tout le public est acquis à la cause du mec ou de la nana sur scène. A mon sens, le stand-up c’est un truc d’équilibriste, sans filet, où l’on se jette dans le vide en cassant le silence. Je crois que c’est pour ça que j’adore les regarder faire. Et de ma place dans le public, je ne comprends pas vraiment ce qui fait qu’un passage va bider ou créer une légende.

Je ne comprends pas pourquoi les gens autour de moi sont là. Moi, je sais ce que je fais là, à peu près, mais qui sont ces gens à côté de moi qui viennent oublier leur travail, leurs problèmes de libido, factures EDF, quittances de loyer et autres cancers de la gorge ? Ces gens qui vont décider si un passage est jubilatoire ou non ? Et parfois, les circonstances extérieures (canicule, choix de la première partie) peuvent avoir des incidences insoupçonnables sur ces gens.

Cette digression pour dire que le bide n’est pas une fatalité. Le livre regorge de petites astuces pour oser continuer malgré tout, et retrouver la jouissance du momentum futur.

Persona: faire rire sur soi ou se construire un personnage-carapace ?

A mon sens, le chapitre Persona est le plus intéressant. Il se concentre sur le stand-up, donc on ne parle pas de créer un personnage fictif qui vivrait une histoire imaginée de toutes pièces. Ici, il est question de tordre la réalité et décliner une autre partie de soi, un truc hybride composé de sa partie folle ou de toute autre chose.

Comme il s’agit d’une pure création, les stand-uppers sont totalement libres de faire ce qu’ils veulent. Oui, mais encore faut-il être à l’aise avec ce que l’on livre sur scène. On apprend par exemple que certains humoristes vont éviter de parler de certains sujets : politique, vie sentimentale, etc. D’autres ne voudront pas se livrer à 100%, par crainte que le public les trouve ennuyeux en tant que personne et non en tant que stand-up comedian. Enfin, certains préféreront se livrer totalement, parce que faire autrement rendrait leur performance moins authentique, et fausse.

Peu importe la méthode choisie, tous ces témoignages sont extrêmement intéressants. Pour cette raison, et plein d’autres que vous découvrirez par vous-même, on vous recommande donc de lire Off the mic.

A propos de l'auteur

Commentaires